L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 11 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Prendre l’air
Pascal Morin   Bon vent
Actes Sud - Babel 2010 /  7.50 € - 49.13 ffr. / 168 pages
ISBN : 978-2-7427-8481-3
FORMAT : 11cm x 18cm

Première publication en août 2006
Imprimer

Paul s'enrôle au sein d'un groupe d'écorchés de la terre, hommes de tous âges espérant trouver dans les airs une réponse à leurs malaises. Dans une caserne transformée en base d'envol, les parapentistes se préparent au saut. Plane plus haut qu'eux, néanmoins, la mort récente d'un ancien stagiaire, écrasé sur les pans de la Montagne Rouge, la bien nommée. Les rumeurs vont bon train dans le village tout proche, sur le défunt et sa famille.

D'une sortie dans les airs à une autre, Paul, lui, décrypte et cherche à comprendre ses coreligionnaires des cieux, le pourquoi de leurs fêlures : «Chacun d'entre eux, pour moi, désormais, a pris corps. Vincent, Jean-Louis, Frédéric et Serge. Mes compagnons éphémères. Mes copains de régiment». Pourquoi, par exemple, Jean-Louis cherche-t-il autant à provoquer son fils Vincent, le forçant à voler quand, peut-être, l'adolescent ne le veut pas ?... La brisure de Paul se dévoile peu à peu, sur les contours d'une femme, aimée, perdue. Suzanne fantomatique dont il cherche à se délester en même temps que de son coeur lourd et en sang. Tuer dans les nuées une histoire sans happy end... et réapprendre à voler...

Pascal Morin explore un nouveau thème des maux humains, comme un existentialisme grisâtre filé le long des pages. Orphelinat dans Les Amants américains, coeur brisé ici, le malheur vient toujours de l'autre et de son absence, sous forme d'abandon, l'ultime traîtrise. Le style colle au propos, gris, hébété, marchant sur le fil en un dangereux équilibre. Vivant malgré tout, mais non sans peine, comme on peine à voler, retenu, toujours, par la gravité... humaine.


Bruno Portesi
( Mis en ligne le 30/09/2010 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd