L'actualité du livre Dimanche 14 avril 2024
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Essais & documents  
 

Piquant
Eric Zemmour   Le Bûcher des vaniteux
J'ai lu - Document 2014 /  6.70 € - 43.89 ffr. / 317 pages
ISBN : 978-2-290-08297-3
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Première publication en mars 2012 (Albin Michel)
Imprimer

Il est presque inutile de présenter Éric Zemmour, chroniqueur au Figaro Magazine, journaliste et polémiste. Après avoir participé durant plusieurs années sur France 2 à l'émission de Laurent Ruquier On n'est pas couché, il anime aujourd’hui Ça se dispute sur iTÉLE (avec Nicolas Domenach), Z comme Zemmour sur RTL, et Zemmour et Naulleau, émission hebdomadaire en seconde partie de soirée sur Paris Première. Il est l’auteur de plusieurs romans et de nombreux essais polémiques.

Qu’Éric Zemmour plaise ou déplaise, il a évidemment sa place dans le paysage médiatique (trop médiatique). Ce qu’il y a de fort étrange parmi ses détracteurs, des gens ''ouverts d’esprit'' comme ils aiment à se l’entendre dire, c’est le fait de proférer qu’on aimerait bien qu’il se taise car il est trop «scandaleux». Pour justifier pareille censure, on l’estime "dangereux". Le démocrate, disait Albert Camus, doit être un homme modeste. Il n’est pas tout à fait sûr de ce qu’il pense et dit et surtout il doit écouter et répliquer, si réplique il y a, et donc donner des arguments à ses interlocuteurs. Il y a donc débat et c’est la raison qui prime. Si le démocrate a des arguments implacables, il convaincra sans problème son audience. Répliquer à l’inverse par l’agressivité et la mauvaise humeur (signe de faiblesse et de défaillance face à la réalité), ou vouloir que l’interlocuteur en question se taise ou ne dise rien, est signe que les démocrates en question ne sont pas réellement des démocrates mais qu’ils veulent les réponses attendues, et en somme, ne doutent pas d’eux-mêmes. Le contraire de la modestie...

Le Bûcher des vaniteux est un recueil des chroniques radiophoniques qu'Éric Zemmour a écrites au cours de l'année 2011. Il ne s’agit donc pas de textes d’importance mais de petites réflexions sur l’actualité sous l’angle d’approche d’Éric Zemmour, empreintes aussi des pensées d'intellectuels contemporains comme Philippe Muray par exemple.

Beaucoup de chroniques font ainsi deux pages environ. Si certains textes sont banals, d’autres en revanche sont plus piquants, pertinents parce que dérangeants. L'idée principale d'Éric Zemmour est d'analyser la réalité sans prendre en compte le fait que le propos soit ou ne soit pas humaniste. Évidemment, la bonne conscience progressiste s'offusque. Dans ''Homoparentalité : bien creuser la taupe !'', il écrit, parlant d'une méthode d'endoctrinement : "Les républicains français eux-mêmes ont fondé l'école laïque pour arracher les jeunes esprits à l'influence de l’Église et des partisans de la monarchie. Mais, sur le plan des mœurs, Jules Ferry reprenait les valeurs chrétiennes. Les régimes communistes sont allés encore plus loin. Les enfants, sous Staline ou sous les Khmers rouges, étaient encouragés à dénoncer leurs parents qui pensaient mal. On se croit éloignés de ces méthodes totalitaires. Mais demain, l'homoparentalité, sacralisée par l'école, sera reconnue par la loi, puis sa contestation même sera rendue illégale, sanctionnée par le juge pour incitation à la discrimination". Le problème est d'éradiquer toute pensée déplaisante sous prétexte que celle que l'on défend est tolérante et humaniste. Pas si tolérante que cela... et chacun a bien le droit de ne pas être d'accord sans être inquiété ou insulté.

Éric Zemmour s'en prend ainsi à un grand nombre de sujets et son éclairage est parfois (et même souvent) pertinent. Il rappelle par exemple que l'indignation n'a pas été qu'une valeur de gauche mais que la bonne bourgeoisie des XIXe et début du XXe siècles s'offusquait des provocations artistiques et sexuelles de certaines personnalités ou de certains groupes. Et elle faisait la morale, morale qui était alors fortement critiquée et ridiculisée. Or, écrit-il, "Tandis que la gauche parlait d'usines, d'ouvriers, de rapports de force entre les puissances impérialistes. Bref, de la réalité. Désormais c'est la gauche qui fait la morale. Alors, à défaut de changer le monde, de comprendre même cette réalité, cette gauche préfère la nier, l'étouffer sous les bons sentiments comme dans les chansons sirupeuses de Raphaël ou de Cali, les péroraisons comiques de Stéphane Guillon". Éric Zemmour, souvent classé hâtivement comme exclusivement de droite, reproche ainsi à la gauche d'avoir renoncé à changer le système, c'est-à-dire de jouer le jeu du marché, tout en prétendant faire le contraire et de s'indigner de quelques sujets (le social, les minorités) pour donner ''à manger'' à ses électeurs.

Voilà donc un livre assez piquant et nécessaire pour qui veut penser ou ne pas aller dans le sens du vent. On est étonné de la connaissance qu'a Zemmour des sujets qu'il traite, et ce dans une grande diversité de domaines. Ce n’est pas un livre qu’on lit d’une seule traite mais que l’on déguste par à coups, histoire de mettre l’esprit en éveil, de jauger la pertinence ou non du sujet traité, de faire face à l’acuité et à l’à-propos.


Yannick Rolandeau
( Mis en ligne le 25/06/2014 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Mélancolie française
       de Eric Zemmour
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd