L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 20 août 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Humour  
 

L'aristochat
Lewis Trondheim   Bludzee
Delcourt - Shampooing 2010 /  25 € - 163.75 ffr. / 384 pages
ISBN : 9782756023472
FORMAT : 17,1x12,5 cm

Couleurs: Brigitte Findakly et Lewis Trondheim
Imprimer

l’origine de ce chouette petit livre, avec du vrai papier, une belle reliure, un joli signet tissu, un format original et un impressionnant nombre de pages, il y a une application numérique à télécharger pour lire dans le métro ou à son bureau sur son smart phone chéri. Pendant un an, Lewis Trondheim a réalisé un strip quotidien livré au lecteur qui découvrait, de branche en branche, une nouvelle phase de l’épopée de Bludzee, le petit chat noir aux yeux bleus.

Pour ceux qui aiment le contact vitreux et tiedasse de l’écran tactile, le format riquiqui et la luminescence brillante qui pique les yeux, on était là à la pointe de la technologie, au summum de la lecture numérique et de la bande dessinée nouvelle génération. Pour les autres, il y a maintenant le livre, certes plus onéreux (25 euros contre l’abonnement annuel de 7,50 euros), mais tellement plus agréable et chaleureux, et surtout joliment présenté dans cette édition Delcourt (on n’est jamais mieux servi que par Trondheim, directeur éditorial de la collection Shampooing qui propose aujourd’hui ce recueil). C’est aussi l’occasion de revenir à de la vraie bande dessinée, celle qui se lit case après case mais qui se découvre également dans son ensemble, chose impossible avec le défilement vignette par vignette imposé par la lecture sur un mobile. Ici, la séquence reprend ses droits, les silences sont significatifs et non plus bêtement survolés, et chaque image a son avant et son après qui le colle avec une naturelle complicité. Bref, la saga de Trondheim a tout a gagner avec ce passage sur papier.

Les premières pages de Bludzee pourraient laisser supposer que l’on est là en terrain connu et balisé, celui du comic-strip animalier, entre Garfield et Earl & Mooch, pour aller vite. On retrouve le chat Bludzee dans son chez lui alors que son maître est continuellement – et mystérieusement – absent. Le félin regarde par la fenêtre, fait la sieste, mange ses croquettes et, plus insolite, blogue et chatte sur son ordinateur. Très vite pourtant, le strip part dans une toute autre direction et emprunte la déviation Trondheim. Le papa de Lapinot et de 154 autres bouquins ne pouvait en effet sérieusement pas rester cantonné dans ce cadre trop rigide pour son imagination fofolle. Trondheim aime les récits, aussi débiles soient-ils, il apprécie l’improvisation et les erreurs de parcours, il négocie les virages serrés et explose les impasses. Peu à peu, Bludzee devient alors une grande histoire pleine de tours et de détours, comme pouvait l’être en son temps Lapinot et les carottes de Patagonie. Oubliée la trame du comics trip à l’américaine, Trondheim fait une virevolte et retombe sur ses pattes de scénariste survolté.

L’aventure part donc rapidement en cacahuète, quitte à aussi oublier le principe du gag en un strip. Il y a ici en effet, côté gags et chutes, autant à prendre qu’à laisser, et finalement, à l’inverse du traditionnel strip, c’est l’ensemble qui compte plus que les éléments séparés. Dans cette aventure déjantée où l’on croise une machine pour « s’améliorer » (de petit et chétif vous deviendrez gros et menaçant), un pingouin chasseur de primes, des tueurs à gages, un poisson rouge maître des égouts… Trondheim n’a pas son pareil pour faire passer les plus maigres idées pour des rebondissements vertigineux et captiver son lecteur avec une intrigue qui ne tient pas la route. Ce qui compte ici c’est l’ambiance générale, la débilité des personnages, les répliques qui font mouche et l’univers qui se construit peu à peu pour former une sympathique cohérence.

Pour sa fantaisie débridée, son tour de force narratif, ses couleurs acidulées et sa bonne humeur constante, Bludzee est le petit livre chéri du moment, le bonbon que l’on aime tranquillement déguster, plaisir innocent mais tellement doux. Ronronne.


Alexis Laballery
( Mis en ligne le 02/11/2010 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • OVNI
       de Lewis Trondheim , Fabrice Parme
  • Fennec
       de Lewis Trondheim , Yoann
  • Omni-Visibilis
       de Lewis Trondheim , Matthieu Bonhomme

    Ailleurs sur le web :
  • Le site de Bludzee
  • Le site de Lewis Trondheim
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd