L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 20 octobre 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

Ces choix éblouissants...
Albrecht Betz   Stefan Martens   Les Intellectuels et l'Occupation, 1940-1944 - Collaborer, partir, résister
Autrement - Mémoires 2004 /  19.95 € - 130.67 ffr. / 342 pages
ISBN : 2-7467-0540-0
FORMAT : 15x24 cm
Imprimer

Comme l’annoncent d’emblée les auteurs de cet ouvrage collectif, la collaboration des intellectuels pendant l’occupation est un sujet sensible sur lequel les historiens se sont peu penchés jusqu’à présent, craignant sans doute de manquer d’objectivité historique devant ces personnages illustres et cette époques mythifiée. Il convient donc de saluer l’ambition de ces quinze historiens venus de toute l’Europe pour traiter ce sujet, délicat certes, mais ô combien passionnant.

Sur le plan de la méthode, l’ouvrage multiplie les portraits individuels (Abetz, Céline, Sartre…) pour tenter d’en dégager une analyse plus générale sur l’Intellectuel. Cette seconde partie est d’ailleurs moins accessible au lecteur non historien dont il est à craindre que l’attention ne faiblisse devant l’accumulation des chiffres et des statistiques destinés à dresser le portrait robot de l’intellectuel collaborateur. Pourtant, cette plongée dans l’univers des maisons d’édition françaises est riche d’enseignements et permet de renverser de nombreuses idées reçues. Ainsi, les auteurs démontrent de manière convaincante que le collaborateur type, loin d’être le raté décrit pas Sartre dans Qu’est-ce qu’un collaborateur ? est souvent un homme de lettre professionnalisé et socialisé dans les instances représentatives du métier.

Néanmoins, l’intérêt principal de cet ouvrage réside incontestablement dans ses portraits d’intellectuels, modèles de finesse et de nuance. Il est ainsi fascinant de suivre la gestation de l’œuvre de Céline d’abord perçu comme un Zola moderne, célébré par la gauche française qui partageait son horreur de la guerre et sa peinture du désespoir, avant que ses pamphlets d’une violence inouïe contre les juifs n’en fasse un des auteurs favoris du IIIe Reich, dont les services de la propagande allaient traduire massivement les ouvrages pour les diffuser dans toute l’Europe occupée. De même, le portrait, tout en réserves, de l’attitude de Sartre pendant l’occupation est loin du manichéisme habituel des «gardiens du temple». En effet, si Ingrid Galster considère Les Mouches comme pièce résistante (résistance d’ailleurs moins dirigée contre les occupants que contre l’idéologie vichyste), elle regrette les petites compromissions de Sartre, acceptant d’être joué dans un théâtre rebaptisé pour des raisons raciales ou acceptant de remplacer un professeur exclu par les lois antijuives. Compromissions qu’il ne s’agit pas de blâmer (qu’aurions nous fait ?) mais qui déçoivent de la part du théoricien de l’engagement.

Enfin, cet ouvrage, non content de dresser un portait définitif des grands intellectuels français pendant l’occupation, aborde également des terres plus lointaines en soulignant un curieux paradoxe : pourquoi les écrivains français exilés à Londres ou New York, qui avaient eu l’intelligence historique de fuir la tutelle nazie, eurent-ils aussi peu de poids dans le débat de l’après guerre ? La réponse apportée par Emmanuelle Loyer est à cet égard assez convaincante. Selon elle, l’exil est, dans la tradition politique républicaine française, une catégorie dévalorisée (exception faite de V. Hugo) perçue comme révélatrice d’impuissance et de vanité, et les écrivains exilés ont intériorisé cette idée dans une profonde culpabilité (Cf. Simone Weil) qui les rejetait dans une posture de modestie littéraire. Par ailleurs, ces auteurs, antigaullistes pour la plupart, ne trouvaient pas leur place dans la reconstruction mémorielle de l’après guerre répartissant la résistance entre Gaullisme et résistance communiste de l’intérieur.

En résumé, un ouvrage passionnant auquel sa pluralité d’auteurs donne un aspect encyclopédique, parfois déroutant mais dont la richesse est incontestable.


Olivier Agnus
( Mis en ligne le 23/03/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • La Guerre des écrivains, 1940-1953
       de Gisèle Sapiro
  • Dictionnaire Céline
       de Philippe Alméras
  • L'histoire des intellectuels aujourd'hui
       de Michel Leymarie , Jean-François Sirinelli
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd