L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 14 décembre 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Historiographie  
 

Voyage au coeur du pays lingon
Yann Le Bohec   Inscriptions de la cité des Lingons - Inscriptions sur pierre
Comité des travaux historiques et scientifiques 2003 /  39 € - 255.45 ffr. / 366 pages
ISBN : 2-7355-0515-4

L'auteur du compte rendu: doctorant en archéologie gallo-romaine à l'université de Paris I, Philippe Charnotet travaille sur la circulation monétaire dans la cité des Bituriges Cubi (Bourges) pour la période allant du IIe siècle avant au IVe siècle après Jésus Christ.

Yann Le Bohec, auteur du présent ouvrage, est collaborateur à Parutions.com

Imprimer

Ce n’est pas à la seule lecture d’un recueil d’inscriptions antiques que nous convie ici le professeur Le Bohec, mais à un véritable voyage au cœur du pays lingon. Au travers des quelques 620 inscriptions sur pierre de ce peuple de Gaule, jadis installé sur le plateau de Langres, l’auteur nous laisse entrevoir une réalité sociale, religieuse et politique trop souvent absente de ce type de corpus.

Celui-ci ne s’est en effet pas limité à exercer ses talents d’épigraphiste en recueillant scrupuleusement ces inscriptions, dont il donne toujours une lecture argumentée ; il en a surtout complété les notices par une série d’informations qui font de cet ouvrage un outil didactique où le texte gravé n’est plus une fin en soi mais un élément de réponse à des problématiques plus larges (statuts juridiques de la cité et de ses magistrats, rôle de l’armée, onomastique…).

Ainsi, le support de chaque inscription fait l’objet d’une description archéologique des plus détaillées ; l’épigraphiste ne pouvant plus, au dire de l’auteur, se passer de cette discipline. Ont de la sorte été relevés : la nature de la pierre (marbre, calcaire gris, jaune, oolithique…), la dimension des blocs, le type du monument, pour l’essentiel funéraire (stèle, obélisque lingon appelé «pyramidion», autel, sarcophage…), l’iconographie (personnages, animaux, objets domestiques, symboles…), la date et le contexte de leur découverte ainsi que leur lieu de conservation.

Cette démarche d’exhaustivité ne relève pas de la simple érudition; elle vise avant tout à venir en aide à l’épigraphie, en permettant, par exemple, une meilleure connaissance des inscriptions qui n’ont pas de critères intrinsèques de datation. A ce titre, les stèles funéraires, dont il a été dressé une typologie fine (3 types principaux - rectangulaire, à sommet en pointe et à sommet arrondi - avec une infinité de sous-catégories), peuvent à l’évidence servir de vecteur à une interprétation en série de telles inscriptions.

Surtout, un tel travail, en associant «l’écrit» à des reproductions figurées (scènes de métiers : homme reversant une corbeille dans un chariot ; de la vie quotidienne : personnage avec une coupe et une bourse ou en tenue de chasse avec un chien ; mythologique : Ganymède enlevé par l’aigle) ou symboliques (rosace, autel embrasé, croissant de lune) donne à ces inscriptions sur pierre une nouvelle dimension et témoigne de façon originale de la vie et des aspirations d’un peuple de Gaule Belgique durant le Haut-Empire.

Enfin, il convient de préciser que ce recueil s’inscrit dans un projet plus général de refonte des anciens corpus (Corpus inscriptionum latinarum et Inscriptions latines des trois Gaules) et que, dans le souci de renouveler la matière, une place de choix a été laissée aux études complémentaires (étendue et limites de la cité, datation des inscriptions, épigraphie et archéologie funéraires) et à un appendice des plus utiles dans lequel sont regroupées diverses inscriptions sur métal, tuile, bornes miliaires ainsi que le fameux Testament du Lingon.

Déjà initiée pour les provinces de Narbonnaise et d’Aquitaine, cette entreprise trouve, dans ce volume de référence consacré aux Lingons, un modèle à suivre pour les autres peuples de Gaule Belgique.


Philippe Charnotet
( Mis en ligne le 22/09/2003 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • La Gaule romaine
       de collectif
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd