L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 27 janvier 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Vices & Vicissitudes de la Vie
Jay McInerney   Moi tout craché
Seuil - Points 2010 /  7 € - 45.85 ffr. / 345 pages
ISBN : 978-2-7578-2003-2
FORMAT : 11cmx18cm

Première publication française en octobre 2009 (L'Olivier)

Traduction d'Agnès Desarthe.

Imprimer

Jay McInerney, célèbre auteur américain, nous propose une collection de nouvelles captivantes. Moi tout craché comprend seize textes, dont certains avaient déjà été publiés dans d’autres anthologies. Les dates de ces nouvelles couvrent la période allant de 1982 à 2008, mais elles ne semblent pas être ordonnées chronologiquement ici. On dénote néanmoins une évolution depuis les histoires de nouvelles antérieures jusqu'aux plus récentes. Sur cette durée, McInerney explorent aussi les même thèmes — et parfois, les mêmes personnages —, l'ensemble constituant une marque de fabrique aujourd'hui reconnue.

McInerney propose des analyses sociales des comportements humains, qu'ils soient affectifs ou physiques. Le lecteur fera ainsi la connaissance d'Alysha, une aventurière cachant une liaison avec un homme marié, par ailleurs homme politique. Mais aussi de Lora, la femme d’un homme pieux qui, pour la punir de son infidélité, lui impose de porter à terme sa grossesse adultérine... deux fois ! Sans oublier Dean, voyeur désirant voir sa femme exciter des inconnus. Moi tout craché, pour qui ne connaît pas bien l’écriture de McInerney, pourra de la sorte choquer. Car l'auteur ne craint pas de repousser les limites du possible en littérature. Les sujets de certaines nouvelles pourront ainsi mettre le lecteur mal à l’aise, un malaise qui rend justement ses personnages extrêmement détestables ou admirables, et avant tout, très humains.

Pour ceux plus familiers de l'œuvre de McInerney, les thèmes ne feront pas surprise. Ce qui change peut-être, ce sont les détails, de nouvelles intrigues originales et une écriture plus sophistiquée, élégante, et provocatrice. Certains procédés littéraires leur rappelleront Bright Lights, Big City, peut-être l’ouvrage le plus célèbre de l'auteur ; voir le recours à la narration tutoyante dans «Il est six heures du matin. Tu sais où tu es?».

Fait intéressant, les toiles de fond varient chez McInerney qui, si New York reste son biotope préféré, scène de la plupart des nouvelles, le 11 Septembre en sus (voir le texte où un homme est au lit avec sa maîtresse pendant la chute des deux tours, sans ne rien remarquer du tout !), peut, ailleurs, choisir pour cadre une grande maison du Sud américain, où s'ouvrir à l'International, par exemple la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan («Dans la province frontalière du nord-ouest»). Le lecteur est plongé dans un monde marqué par le terrorisme, des existences portées par la drogue et empreintes d'un fort cynisme.

Ce recueil renoue donc avec les marottes de l'écrivain, tous ces thèmes qui se trouvaient déjà dans les romans antérieurs : le sexe et l’infidélité, la drogue, la vacuité de nos existences. Souvent les personnages manquent de quelque chose d’autre, de quelque chose de plus. McInerney décortique des vies apparemment parfaites et aisées, pour montrer les faiblesses qui les habitent et les sous-tendent. Dans cette comédie humaine, où brille la moralité ? Les critiques font souvent le rapprochement entre McInerney est F. Scott Fitzgerald. McInerney serait le Fitzgerald d'aujourd'hui, les problèmes de ses personnages étant simplement plus sombres et anxiogènes.

La majorité des nouvelles tournent ici autour de l'infidélité. Pour McInerney, les hommes et les femmes sont traités à armes égales. Ici, tout le monde triche. La punition joue un grand rôle, et les conséquences de ces actes sont aussi importantes que les liaisons elles-mêmes. «Barrières Invisibles», la nouvelle mettant en scène le mari voyeur, est une des plus frappantes du recueil. Car en matière de sexualité, ici, les barrières ne sont pas seulement invisibles, elles n’existent pas. La vengeance est un autre grand thème exploré dans ces nouvelles. Au risque de la redondance, selon une formule prévisible à force de répétition : poussé par la solitude, tel personnage tombe dans l'adultère, ce qu'il regrette, en essayant de se repentir pour son péché, mais il trompe encore, victime d'un cercle vicieux. Car la tache ne disparaît jamais complètement. Elle marque chaque personnage, quand bien même la réconciliation a lieu et la vie quotidienne reprend son cours.

En dehors des affres de la sexualité et de la vie de couple, certaines nouvelles explorent d'autres fantômes. Les relations familiales sont les plus importantes. Dans «Une Madone pour le jour de la dinde», trois frères et leur père se remémorent la mort de leur mère quelques années plutôt, alors qu'un secret surgit et menace l'équilibre familial. Là est peut-être la raison du choix de la publication des textes au mépris de la chronologie : les thématiques sont de la sorte éparpillées, amenuisant les risques de répétition ; les tracas familiaux alternent avec les vices de l'adultère, l'humour succède à la gravité. Ces effets de contraste ne pourront qu'entraîner la lecture au lieu de la lasser.


Samantha Joustra
( Mis en ligne le 17/11/2010 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Entretien avec Jay McInerney
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd