L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 17 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

L'âpreté des belles choses
Eric Fottorino   Le Dos crawlé
Gallimard - Folio 2013 /  6,50 € - 42.58 ffr. / 221 pages
ISBN : 978-2-07-045032-9
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Première publication en août 2011 (Gallimard - Blanche)
Imprimer

L'enfance (ici à son crépuscule dans une pré-adolescence douce-amère), la paternité, la mort, le passé, tous ces thèmes chers à Fottorino et parcourant son œuvre - et sa vie - se retrouvent dans ce Dos Crawlé. Où le journaliste et romancier délaisse l'autobiographie qui teintait franchement ses derniers ouvrages (L'Homme qui m'aimait tout bas, Questions à mon père) pour une fiction plus vraie, si l'on peut dire. Dans laquelle l'auteur met les habits d'un jeune garçon, Marin, à qui il prête l'efficacité et le beauté de sa plume, et qui, en retour, lui donne un ton. Un ton sublime, claudiquant et imagé, faisant fi de toute syntaxe et des rigueurs du vocabulaire, pour tituber bravement, avec humour et poésie.

Et toute la grandeur de ce dernier roman est là, dans ce ''parler'' inimitable, frais et raffiné à la fois ; Éric Fottorino écrit admirablement les états d'âme de ce fils de paysan à la naïveté rafraîchissante, passant son été chez son oncle, l'oncle Abel, un veuf en clown triste, ours des mers que la vie a malmené mais qui garde encore en lui une infrangible capacité à aimer : "Ces jours-là (quand il pense à sa femme défunte - NDLR) il se désoiffe un bon coup. La rougite le rate pas. Il devient un peu méchant. Pas avec nous juste avec le bon Dieu et ceux qui lui ont enlevé tante Louise. Il boit du vin et il pleure de l'eau comme s'il gardait le rouge à l'intérieur".

Un roman poétique, où le sens irradie dans l’entre-choc sémantique, dans ce bricolage des mots, où Fottorino excelle. "Je la trouve belle madame Contini. Rien que d'y penser mon cœur brûle les feux rouges". Mme Contini, sorte de vamp qui confie trop souvent sa fille à Abel ; la petite Lisa, fragile, délaissée, mutique trop souvent, devient l'amie de jeux de Marin. Ensemble, ils luttent contre le monde des adultes, et se sont fixés une mission pour l'été, résumée par le titre du roman : Lisa saura nager le dos crawlé avant la fin des vacances, Marin se l'est juré.

Avec toujours cette aigreur dans la douceur et la chaleur des choses dites par Fottorino. Car à l'insouciance des jeux d'enfants se superposent la dureté de la ''vraie vie'' et des drames qui en polluent la lumière, les histoires de grands qui ne sont pas de belles histoires et qui tiennent aussi le cap de ce roman en double teinte.

C'est en grinçant des dents qu'on le refermera, après avoir de nombreuses fois souri et brillé des yeux, mélange des genres, une âpreté finalement, qui caractérise aussi le style de Fottorino. L'un de nos meilleurs romanciers actuellement.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 15/03/2013 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Korsakov
       de Eric Fottorino
  • Caresse de rouge
       de Eric Fottorino
  • L'Homme qui m'aimait tout bas
       de Eric Fottorino
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd