L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 9 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

L’hommage d’Arnaud Cathrine
Arnaud Cathrine   Nos vies romancées
Le Livre de Poche 2013 /  6,10 € - 39.96 ffr. / 184 pages
ISBN :  978-2-253-16753-2
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Première publication en septembre 2011 (Stock)

L'auteur du compte rendu : Arnaud Genon est docteur en littérature française, professeur certifié en Lettres Modernes. Enseignant à Casablanca, il est Visiting Scholar de ReFrance (Nottingham Trent University). Auteur de Hervé Guibert, vers une esthétique postmoderne (L’Harmattan, 2007), spécialiste de l’écriture de soi dans la littérature contemporaine, il a cofondé les sites herveguibert.net et autofiction.org.

Imprimer

Tout écrivain a d’abord été lecteur, soit. Souvent, d’ailleurs, les premiers livres – «pastiches involontaires» – s’écrivent en écho, dans la lignée, dans l’ombre de ces pères, de ces mères, sœurs ou «frères d’écriture», pour reprendre une expression d’Hervé Guibert. Puis vient, pour les plus fidèles, pour ceux qui n’ont pas oublié d’où ils viennent, qui ils sont, le moment de payer sa dette, de célébrer ces auteurs qui les ont construits, qui les ont aidés, nourris et qui ont fait d’eux, d’une certaine façon, des écrivains, à leur tour.

Nos vies romancées d’Arnaud Cathrine est de ces livres-là. «Les livres que je voudrais évoquer ici ont eu le précieux don de m’aider plus que je ne serais autorisé à l’espérer […] ils m’ont déposé au cœur de moi-même», nous dit-il. Ils lui ont fait être, naître à lui-même. Il leur devait bien, à ces livres, à ces auteurs, «un exercice d’admiration». Dont acte.

Carson McCullers, Françoise Sagan, Roland Barthes, Fritz Zorn, Sarah Kane et Jean Rhys ont été choisis parmi d’autres : Annie Ernaux, Hervé Guibert, Georges Perros, Jean-Luc Lagarce… Des choix se sont imposés, certains livres parlent et donnent à écrire plus que d’autres. Ce qui importait à Arnaud Cathrine, au-delà des textes sur lesquels il voulait se pencher, c’était d’inscrire «ces lectures dans un contexte moins intime que personnel» et «d’écrire deux ou trois choses qu’[il] pense de la littérature».

Nos vies romancées est l’occasion, pour Arnaud Cathrine, de revenir à soi sans être pour autant un livre sur soi : personnel plus qu’intime. C’est bien plutôt un livre sur les livres, sur ce qu’ils disent de nous, sur le miroir qu’ils nous tendent, qu’ils nous offrent, sur leur aptitude à nous raconter. Et ces miroirs tendus sont bien plus qu’il n’y paraît : «on ne peut exister sans double de soi-même ; une fois réinventé dans le miroir, on a peut-être une chance de tenter le coup de l’unique, du singulier, du personnel et d’accéder, par défaut, un heureux défaut, à ce qui ne ressemble qu’à nous-même».

McCullers dans Frankie Addams a ainsi raconté sa propre adolescence à Cathrine et lui a fait découvrir le pouvoir de la littérature : «s’évader tout en se retrouvant, se trouver», «réussir à fuir, advenir». Françoise Sagan, dont il choisit de commenter Tout le monde est infidèle, entretien avec André Halimi, lui donne accès à cette «fausse légèreté», à «l’élégance de la désinvolture» qui caractérisent le «charmant monstre». Chez elle, il aime la romancière mais admire avant tout la «posture individuelle» qu’il trouve «éminemment respectable».

Fragment d’un discours amoureux de Roland Barthes possède le pouvoir de formuler «la tragi-comédie» des amoureux. Le livre, là encore, a amené Arnaud Cathrine à se lire lui-même en échafaudant à travers les fragments de Barthes une «narration personnelle» qui relate sa propre histoire. Avec Mars de Fritz Zorn, l’auteur a fait une «expérience limite et inoubliable», celle, à travers ce roman sur la mort de nous laisser un peu plus vivant. Enfin, c’est sur l’évocation du théâtre de Sarah Kane et de Bonjour minuit de Jean Rhys que se clôt cet hommage. Ces hommages. A des textes, des écrivains qui ont su trouver la langue, les mots pour parler à Arnaud Cathrine. Qui, à son tour, les a trouvés pour nous le dire et passer le témoin…


Arnaud Genon
( Mis en ligne le 14/09/2013 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Sweet Home
       de Arnaud Cathrine
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd