L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 13 août 2022
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Miami vice (et vertus)
Tom Wolfe   Bloody Miami
Pocket 2014 /  9,80 € - 64.19 ffr. / 819 pages
ISBN : 978-2-266-24483-1
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Première publication française en mars 2013 (Robert Laffont)

Odile Demange (Traducteur)

Imprimer

Miami, son soleil écrasant, ses palmiers, ses marinas… et ses soucis. Nestor Camacho, un jeune policier d’origine cubaine, à peine admis dans la prestigieuse patrouille maritime, en fait la dure expérience : coincé entre le racisme de ses supérieurs – des «americanos» bon teint – et les nécessités de sa mission – arrêter un exilé cubain avant que celui-ci ne puisse revendiquer le statut de réfugié, ce même statut qui a sauvé ses aïeux -, Camacho opte pour le service, le respect des ordres au détriment de son éthique personnelle.

Après un sauvetage sportif, le voilà devenu le mouton noir de la communauté cubaine autant que le héros de la presse américaine, et une source d’ennuis pour la mairie. Beaucoup de contradictions à gérer, d’autant que sa famille le rejette et sa petite amie, Magdalena, le plante là. Car chacun rêve ici de s’intégrer à la société des ''americanos'', et Magdalena préfère laisser son policier cubain pour un psychiatre branché spécialiste du porno : Norman Lewis… qui, lui, rêve d’intégrer la jet set et ses excès en tout genre, au risque de manipuler ses patients pour cela.

Or la jet set de Miami, c’est notamment la communauté des milliardaires russes, plus ou moins mafieux, mais si chics, si esthètes, si riches. Au sommet de cette pyramide, il y a Sergueï Koroliev, le puissant, l’immense Koroliev, donateur généreux du musée d’art moderne de Miami, amateur averti d’art contemporain, séduisant et inquiétant, peut-être trop bien intégré pour être honnête. Dans ce tourbillon qu’est Miami, chacun cherche quelque chose, la reconnaissance, l’admiration, la richesse, le pouvoir… au risque de se perdre, car dans une ville partagée par autant de communautés, les tensions peuvent parfois virer à la violence, au crime. Pas toujours facile de vivre sur un volcan, surtout quand on est censé en être le gardien : c’est la dure expérience qui attend l’agent Camacho.

Après Wall Street et la Ivy League, Tom Wolfe investit la Floride, Miami, ses retraités, ses Cubains exilés, ses excès divers et son climat perpétuellement estival. Avec Tom Wolfe, on est sur un terrain sûr : l’un des fondateurs du néo-journalisme, qui mêle impressionnisme littéraire et réalisme, reste fidèle à ce style, alternant descriptions, ambiances et conversations. L’intrigue est bien construite, et les histoires de chaque protagoniste se tissent avant de s’entremêler dans un final… assez plat car trop attendu. De ce point de vue, le roman est un polar modeste, avec une fin en queue de poisson. Mais l’enjeu n’est pas là, et les amateurs de Wolfe apprécient plutôt son coup d’œil, son regard sur une communauté, un lieu, une mode, un rituel. En l’occurrence, chaque chapitre est un petit reportage en soi, sur la communauté cubaine, sur les riches ''americanos'' et leurs orgies, sur le monde des restaurants branchés ou des boites à strip-tease, sur la police de Miami et ses diverses missions, depuis la gestion des immigrés clandestins jusqu’à l’arrestation des dealers de crack, sur la communauté haïtienne et, plus largement, sur les tensions entre communautés noire et blanche.

Autant d’instantanés, captés d’un œil de maître par Wolfe, témoin attentif et discrètement ironique. On apprécie donc les croquis d’ambiance, la restitution des manières de parler, des accents, des éructations même, le regard porté, à la subjectivité discrète (et assumée). Comme pour ses précédents ouvrages, Wolfe se présente en romancier, mais reste journaliste dans l’âme, qui utilise la fiction pour se libérer de la forme, tout en restant fidèle au fond : explorer Miami, en montrer quelques quartiers, quelques aspects, quelques tensions aussi.

L’ouvrage est donc plaisant, comme un gros roman à emporter sur la plage pour se transporter, chapitre après chapitre, dans un monde mi-cliché, mi-réel. Un aperçu de Miami, sans doute pas exhaustif, mais joliment mis en scène et donc tout à fait plaisant.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 26/03/2014 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Moi, Charlotte Simmons
       de Tom Wolfe
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd