L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 31 janvier 2023
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Essai non transformé
Jean-Christophe Rufin   Globalia
Gallimard - Folio 2004 /  7.50 € - 49.13 ffr. / 498 pages
ISBN : 2-07-030918-5
FORMAT : 11x18 cm

Ouvrage publié une première fois en décembre 2003 (Gallimard).
Imprimer

Globalia, société démocratique «idéale», est l'une de ces utopies futuristes dont la science-fiction est coutumière. C'est notre monde, projeté dans un avenir pas si lointain, et dont les tares et tics sont poussés à l'extrême. En l'occurrence, une société de consommation démocratique, où la jeunesse est une maladie honteuse et l'âge mûr une vertu. Une société hypocrite qui érige le politiquement correct en règle de vie absolue pour tous, jusqu'à l'oppression. Protégée par d'immenses dômes transparents où règne une atmosphère contrôlée, Globalia rappelle la Diaspar imaginée par Arthur Clarke pour sa Cité et les Astres. Ou encore l'inquiétante société fermée de L'Age de Cristal. Excluant tous ceux qui ne partagent pas son idéal démocratique extrême, elle les rejette à ses frontières, dans les non-zones. Dans ce 1984 version 2004, Baïkal, un jeune homme curieux de ce qui se passe à l'extérieur – descendant littéraire de l'Alvin de Clarke – et sa jeune amoureuse, Kate, sont pris dans une improbable machination. Ourdie en secret par l'un des maîtres de Globalia, elle les conduira, en compagnie de quelques autres, dans ces non-zones où les attend la liberté.

Jean-Christophe Rufin expose ses motivations et raconte la genèse de Globalia dans la postface de ce roman, sorti aujourd'hui au format poche. Il met en avant son ambition de réconcilier ses deux genres littéraires de prédilection : l'essai social et le roman historique. Cette explication de texte a posteriori est mauvais signe. L'auteur a-t-il senti son échec et éprouvé le besoin de se justifier ? Le résultat, en effet, est décevant. L'écriture, très classique et trop sérieuse, flirte parfois avec le poncif et la mièvrerie (la scène où Kate et Baïkal s'apprêtent à faire l'amour au début du roman fait franchement sourire). Elle paraît même datée, comme si, au moment d'aborder ce genre littéraire nouveau, la science-fiction, Jean-Christophe Rufin avait manqué d'audace. Et préféré du coup se cantonner à ses codes littéraires les plus anciens, au risque de sonner vieux ou déjà vu.

Plus ennuyeux, l'intrigue est mince et ne tient guère la route. Pas plus que des personnages dessinés à grands traits, auxquels il est difficile de s'identifier. Reste une aventurette qui se lit sans déplaisir et ouvre, au détour des pages, d'intéressantes perspectives sur la société démocratique et ses travers. Mais dont l'absence d'originalité, l'ambition manquée et le style daté donnent plutôt envie de se replonger dans les bons vieux classiques de l'anticipation sociale : Barjavel, Huxley ou Bradbury. Essai non transformé, donc. Peut-être pour Globalia 2 ?


François Gandon
( Mis en ligne le 15/06/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Rouge Brésil
       de Jean-Christophe Rufin
  • La Salamandre
       de Jean-Christophe Rufin
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd