L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 25 mai 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Essais & documents  
 

Règlements de compte au Monde
Eric Fottorino   Mon tour du ''Monde''
Gallimard - Folio 2014 /  7,90 € - 51.75 ffr. / 465 pages
ISBN : 978-2-07-045936-0
FORMAT : 10,9 cm × 17,7 cm

Première publication en mars 2012 (Gallimard - Blanche)
Imprimer

Dans quelques minutes, je ne serais plus le directeur du journal où je venais de passer vingt cinq ans de ma vie», première phrase de l’épais adieu (535 pages) qu’Eric Fottorino consacre à «son» journal qui est aussi le journal de plusieurs générations.

Le Monde occupe – avec Le Canard enchaîné, Le Figaro - une place particulière et dans la presse et dans l’imaginaire des Français. Place conquise au fil des années, qui tient à la fidélité du lectorat, au prestige intellectuel, à l’impartialité affichée et... régulièrement démentie. Le Monde, né à la Libération, s’est installé dans les années 50 dans une place au centre, tendance gauche, fidèle sous la direction d’Hubert Meuve-Méry aux valeurs de la Résistance. Il est devenu dans les années 60, à l’époque de la forte scolarisation universitaire liée aux Trente Glorieuses, le journal des étudiants, qui lui sont restés attachés ensuite. Il est sans doute aussi le quotidien français dont la réputation de sérieux - confinant parfois à l’ennui - n’a longtemps pas été démentie. Davantage que tout autre titre de la presse, Le Monde est donc dans le paysage français une institution et fait référence.

C’est dans cette institution impressionnante que le jeune journaliste Éric Fottorino entre en 1986. «Le Monde était unique en son genre. (…) Parce qu’il était une institution, une référence, la gloire du journalisme, d’un certain journalisme trempé au bain rigoriste d’une sourcilleuse indépendance. Il exerçait un magistère. Il était parfois craint, toujours respecté, il en imposait». Les souvenirs d’Eric Fottorino sont donc ceux d’un journaliste dans un journal exceptionnel dont l’histoire se confond avec celle de la France et du monde ; d’autant que, entrant au service économique, il devient grand reporter et occupe divers postes, jusqu’à en devenir le directeur général en 2008 à la faveur de la crise ouverte en 2003, scandée par les départs successifs d’Edwin Plenel en 2004, de Jean-Marie Colombani en 2007 et d’Alain Minc en 2008. Période de crise liée certes à celle que traverse toute la presse écrite, mais également aux stratégies et à la personnalité propre du Monde. Un journal qui vit à la fois une lourde crise financière et une réelle crise de confiance de la part du lectorat, des actionnaires et des journalistes eux-mêmes.

Il y a deux livres dans cet énorme pavé : le récit des grandes enquêtes menées par l’auteur et les solutions inventées pour maintenir le journal - tout en cherchant les responsabilités de l’effondrement… Dans les deux cas, on est proche du roman policier, d’autant qu’Eric Fottorino écrit bien et transforme en thriller cette histoire de rivalités, et de puissants. Reste une question : Le Monde est-il vraiment ce journal au-dessus de la mêlée, paré de toutes les vertus, qu’on se plait régulièrement à décrire comme exceptionnel ? Pour ceux qui éprouveraient quelques doutes on peut renvoyer à la lecture du Monde tel qu’il est (1976), de Michel Legris, lui aussi journaliste au Monde, qui lui aussi avait dû le quitter.

Eric Fottorino a la plume acérée, son autobiographie répond aux règles du genre : un plaidoyer pro domo ; mais comme il a parcouru en 25 ans le monde entier et qu’il sait raconter, le livre est souvent passionnant. C’est un témoignage assez impitoyable, finalement, sur les mœurs de notre société, les lois de l’entreprise, le métier de journaliste, la comédie humaine.

Et si Le Monde n’était qu’un journal comme les autres ?...


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 28/11/2014 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Monde, 70 ans d'histoire
       de Collectif
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd