L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 18 février 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Humour  
 

Oui, un fléau !
Manu Larcenet   Daniel Casanave   Le Fléau de Dieu - Une aventure rocambolesque d’Attila le Hun
Dargaud - Poisson Pilote 2006 /  9.80 € - 64.19 ffr.
ISBN : 2205058134
Imprimer

Les plus grands peuvent trébucher : c’est ce qui arrive à Manu Larcenet dans ce Fléau de Dieu, troisième des aventures rocambolesques dans lesquelles Larcenet nous livre une lecture bien personnelle de personnages mythiques : ici Attila, précédemment Freud et Van Gogh.

L’idée de départ est simple : choisir un personnage qui a marqué l’inconscient collectif, et détourner cette image convenue en lui inventant une tranche de vie totalement décalée. Ainsi Freud tentait de répandre dans le far-west la bonne parole de la psychanalyse, et Van Gogh se retrouvait dans les tranchées de la Première Guerre mondiale. La première aventure rocambolesque était détonante d’humour, la deuxième plus poétique et sensible. Ici, sur le mode du conte philosophique, Larcenet se perd dans un humour lourd (le running gag du barbare dur d’oreille, le délégué syndical de la bande, l’agaçant compagnon d’errance qui finit démembré et décapité…) que ne sauve pas la mince trame de la quête d’Attila.

Attila est las : maintenant qu’il a conquis le monde, il ne trouve plus de sens à sa vie. «Le monde est à moi… mais c’est étrange… je ne ressens toujours rien.» Le mythique chef sanguinaire nous fait tout simplement une grosse dépression. Abandonnant ses troupes, il part, erre, et décide de se suicider. Mais les dieux ne l’entendent pas de cette oreille : ils lui « offrent » l’immortalité. Attila devra donc vivre. Il ne lui reste plus alors qu'à rechercher Dieu pour réclamer justice : qu’il lui permette de « vivre en paix » ou de « mourir dignement ». A 10 pages de la fin, le face-à-face finit par avoir lieu, mais ne débouchera pas sur grand-chose.

Larcenet nous a tant de fois conquis soit par son humour (Le temps de chien, La légende de Robin des Bois), soit par sa sensibilité (Le Combat ordinaire), parfois même grâce aux deux (Le Retour à la Terre), qu’on est cruellement déçu en découvrant cet album. On s’ennuie, on attend l’éclat, qui ne viendra pas. Le scénario s’éparpille, peu exigeant, peu ambitieux. Il y avait pourtant matière à s’exprimer, sur un thème aussi fort que le sens de la vie ! On est devant la copie d’un brillant élève qui ne s’est pas foulé (dans la même veine, d’ailleurs, mais en pire encore, signalons le récent Célébritiz scénarisé par Lewis Trondheim, chez Poisson Pilote, tout à fait affligeant). Dommage pour le lecteur, dommage aussi pour Daniel Casanave (Macbeth, L’Histoire du soldat), dont le talent aurait mérité un meilleur scénario. A oublier !


Anne Bleuzen
( Mis en ligne le 31/05/2006 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Une aventure rocambolesque de Sigmund Freud
       de Manu Larcenet
  • Le Combat ordinaire (tome 3)
       de Manu Larcenet
  • Macbeth
       de Daniel Casanave
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd