L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 26 avril 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Histoire Générale  
 
Dossier PARIS
Sous le ciel de Paris
Paris et la photographie
Paris au XVIIIe siècle
Un Parisien à travers Paris
I hate Paris
Violences et passions dans le Paris de la Renaissance
Paris pour mémoire
Vivre à Paris de la Restauration à la Belle Epoque
Les Cocottes. Reines du Paris 1900
Histoire insolite des cafés parisiens
Louvre secret et insolite
Paris, Avant Après
Une histoire de Paris par ceux qui l'ont fait
Quel maire pour Paris ?
Le Piéton du Grand Paris
Le Monde à Paris
Paris, La forme d’une ville
Paris et ses grands monuments en 3 D
Paris, Restaurants d’antan et de toujours
Atlas du crime à Paris du Moyen-âge à nos jours
Paris promenades au bord de l’eau
Huit quartiers de roture
Saint-Germain-des-Prés
Les Plus beaux panoramas de Paris
Le Carreau du Temple
Paris en latin / Legenda est Lutetia
Curiosités du Paris haussmannien
Les Halles de Paris et leur quartier
Paris dans la collaboration
Mémoire des rues. Paris 6e arrondissement
Un peu de Paris
Le Paris arabe
Place des Victoires
Les Douze heures noires
Balades littéraires dans Paris
Paris 1200
Regard d'un Parisien sur la Commune
Paris d'église en église
Les Maux & les soins
Paris 1900
Nous irons chanter sur vos tombes
Haussmann
Haussmann le Grand
Les Grands Boulevards
Les Ponts de Paris
La Ville promise
Pays parisiens
Le carnaval des Halles
Henri d’orléans, comte de Paris (1908-1999)
La Trace du fleuve
Napoléon III contre Haussmann ?
Mémoires
Histoire politique de Paris au XXe siècle

Pour ne pas perdre son latin à Paris
Laurence Gauthier   Jacqueline Zorlu   Paris en latin / Legenda est Lutetia - Grands et petits secrets des inscriptions latines dans la capitale
Parigramme 2014 /  11.90 € - 77.95 ffr. / 170 pages
ISBN : 978-2-84096-842-9
FORMAT : 13,4 cm × 18,2 cm
Imprimer

Voici une œuvre insolite à une époque où les langues anciennes, souvent dites significativement «mortes», ne sont plus guère étudiées. Par cet ouvrage de format modeste mais riche de contenu, Parigramme a décidé d’aborder un domaine jusqu’ici négligé ou, à tout le moins, dispersé dans nombre de notices et d’ouvrages. Les auteurs ont recueilli l’essentiel des textes latins visibles aujourd’hui encore dans les rues de Paris et en ont fourni la traduction ainsi que les éléments nécessaires à leur compréhension (auteur, contexte, etc.), ceci sous un titre (inévitablement) bilingue car Paris en latin est suivi de Legenda est Lutetia, que l’on peut rendre par \'\'Lutèce est à lire\'\', invite à laquelle il est difficile de résister !

Le plan adopté est essentiellement géographique, le centre historique de Paris étant divisé en cinq grands ensembles, chacun d’eux doté d’une devise latine résumant son histoire et son caractère, telle l’île de la Cité ainsi résumée : Lex-Rex-Deus, soit \'\'La loi, le roi\'\', Dieu. Un chapitre final, plaisamment intitulé «Quelques thèmes latins», jouant ainsi sur les deux sens du mot, rassemble des inscriptions religieuses, celles qui ornent les tombes (le fameux R.I.P. !) et les cadrans solaires et quelques autres inscriptions isolées, membra disjecta, pourrait-on dire, ornant les quartiers périphériques de Paris. Au total, une recension quasi exhaustive de ce que la voie publique et les bâtiments ouverts au public offrent en la matière. La rigueur des auteurs va jusqu’à signaler les fautes commises dans telle ou telle inscription ! Nous apporterons notre petite pierre à ce bel édifice, si l’on nous passe cette métaphore, en signalant aux amateurs la belle inscription latine qui orne le grand amphithéâtre de la faculté de médecine de la rue de l’Ecole-de-médecine et qui joue sur l’ambivalence du mot «amphithéâtre», à la fois lieu des combats antiques des gladiateurs et lieu où la médecine s’apprenait par la dissection et le suivi des cours  : Ad caedes hominum prisca amphitheatra patebant – ut longum discant vivere nostra patent, ce qui peut se rendre par \'\'Les amphithéâtres anciens servaient à faire mourir des hommes, les nôtres servent à apprendre aux hommes à vivre longtemps\'\'. On pourrait ajouter les devises latines ministérielles qui ornent la salle de l’assemblée générale du Conseil d’État, mais ce n’est pas un lieu facilement accessible…

Le lecteur du XXIe siècle se demandera peut-être quel intérêt le non latiniste pourra trouver à la lecture de l’ouvrage. L’auteur de ces lignes, lui-même latiniste amateur, répondra qu’il est triple : connaître et avoir accès à des documents historiques témoignant d’événements précis, de l’auteur d’un édifice ou des raisons de sa construction ; évoquer le souvenir de grands homme ; apprécier enfin l’esprit de nos ancêtres qui sont allés jusqu’à dissimuler parfois des mots d’esprit derrière le sérieux de l’épigraphie latine. Un seul exemple : le canon du Palais-Royal, qui tonne (ou plutôt tonnait) chaque jour à midi grâce à l’allumage de sa mèche par les rayons solaire, a été gratifié de la devise Horas non numero nisi serenas, qui peut se traduire indifféremment «Je ne compte que les heures sans nuages» car il ne peut fonctionner par temps couvert, ou par «Je ne compte que les heures heureuses», sens figuré de l’adjectif serenus. Plus sérieusement, le lecteur d’aujourd’hui apprendra que l’usage de l’inscription latine perdure, même s’il s’est affaibli, car la plus récente inscription latine relevée a été posée en 1996 et commémore la remise des locaux rénovés de l’hôtel Duret de Chevry à l’Institut historique allemand de Paris en présence du président de la République fédérale, grâce à une plaque offerte par un grand constructeur automobile (Mercedes-Benz France dedit, lit-on sur la tranche !). Serait-ce là une leçon donnée par nos amis allemands sur l’usage d’une langue solennelle et associée de tout temps au pouvoir ou plus simplement le fait que le latin est encore une langue internationale ? A chacun de répondre.

On l’aura compris, voici un livre recommandable, d’autant qu’il est joliment présenté, le soin du détail allant jusqu’à imiter pour la page de titre une inscription lapidaire en belles capitales romaines. Il complétera utilement toute bibliothèque parisienne digne de ce nom. Il intéressera tous les amoureux de Paris, même et surtout ceux qui ont pâli jadis sur leur version latine et même ceux qui n’ont jamais abordé aux rives ardues de la langue dont le français est issu. Pour rester dans l’esprit de l’ouvrage, il reste à prendre congé du lecteur par la formule consacrée : Vale !


Jean-Etienne Caire
( Mis en ligne le 17/06/2014 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd