L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 24 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Biographie  
 
Dossier Napoléon
Correspondance générale
Les Royalistes et Napoléon
Les Français sous Napoléon
La Mort de Napoléon
Correspondance générale
Les Mensonges de Waterloo
Jakob Meyer, soldat de Napoléon
La Corse du jeune Bonaparte
Napoléon et Joseph Bonaparte
Correspondance générale
Cent Jours - La tentation de l'impossible
Quand les enfants parlaient de gloire
L'Aigle et la Synagogue
Nouvelle histoire du Premier Empire - Tome 3
Le Sacre de Napoléon. 2 décembre 1804
Les Français et l'Empire
Quand Napoléon inventait la France
Maret, duc de Bassano
La Chute ou l'Empire de la solitude
Napoléon. Mon aïeul, cet inconnu
Nouvelle histoire du premier empire - Tome 4
1812 - La paix et la guerre
L'Allemagne de Napoléon
Du Niémen à la Bérézina
Guerre et armées napoléoniennes
Correspondance générale
Correspondance générale
Pie VII face à Napoléon : la tiare dans les serres de l’Aigle
Murat - La solitude du cavalier
Percier et Fontaine
La Berline de Napoléon
La Première guerre totale
Les Hommes de Napoléon
Chroniques de Sainte-Hélène - Atlantique sud
L’Abdication
Napoléon et ses hommes
De la guerre
Correspondance générale
La Conspiration du général Malet - 23 octobre 1812
Napoléon, l'esclavage et les colonies
Des résistances religieuses à Napoléon
Napoléon et le Mémorial de Sainte-Hélène
Kléber l'indomptable
Napoléon et l'Opéra
Napoléon, de la mythologie à l'histoire
Napoléon et la mer
Naissance du Code Civil
Champollion
La France de la Révolution et de l'Empire
Le Grand voyage de l'obélisque
Les Opposants à Napoléon
Dominique Vivant Denon
Le Grand Consulat
Le 18 Brumaire
Waterloo
Voies nouvelles pour l'histoire du Premier Empire
Lendemains d'Empire
Le Voyage en Egypte
La Province au temps de Napoléon
Nouvelle histoire du Premier Empire - Tome 2
Napoléon, le monde et les anglais
Sainte-Hélène
Le Maréchal Davout
Nelson contre Napoléon
Austerlitz
Austerlitz
Trafalgar
La Garde impériale
La Légende de Napoléon
Figures d'Empire
L'Impératrice Joséphine
Napoléon
Napoléon Bonaparte
L'Empire des muses
Passion Napoléon
Napoléon Ier et son temps
Le Sacre de Napoléon
Napoléon
Mythes et légendes de Napoléon
Kléber après Kléber (1800-2000)

Destins croisés
Jean-Philippe Garric   Percier et Fontaine - Les architectes de Napoléon
Belin - Portraits 2012 /  20 € - 131 ffr. / 216 pages
ISBN : 978-2-7011-5569-2
FORMAT : 13,6 cm × 21,4 cm
Imprimer

Architecte, ancien pensionnaire de la Villa Médicis et enseignant à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, Jean-Philippe Garric est spécialiste de la théorie de l’architecture de la fin de la période moderne à la période contemporaine ainsi que des échanges franco-italiens. Il vient de consacrer un ouvrage sur deux des plus grands architectes de Napoléon Bonaparte.

Au cours de cette intéressante enquête intitulée Percier et Fontaine, laquelle a été publiée aux éditions Belin, Jean-Pierre Garric se penche sur la riche histoire de ces deux amis, dont les destins ont été entremêlés à bien des égards. L’intérêt de cette double biographie réside dans la synthèse qu’elle opère entre les trajectoires de ces deux fortes personnalités. Jusqu’à présent, un tel travail n’avait jamais été réalisé. C’est, désormais, chose faite. Par ailleurs, l’auteur met en relief l’apport de chacun de ces deux artistes à leur œuvre commune, mais aussi leurs espoirs et leurs inquiétudes ainsi que leurs joies et leurs déceptions liés à leur vie d’architecte.

Charles Percier et Pierre-François-Léonard Fontaine ont tous les deux connu l’Ancien Régime, puisqu’ils ont respectivement vécu entre 1764 et 1838, et entre 1762 et 1853. Les voies qu’ils empruntèrent initialement étaient différentes en raison de leurs origines sociales : alors que Fontaine était issu d’un milieu aisé et put donc suivre des cours d’architecture dans une école privée, Percier était de plus modeste origine et il étudia quant à lui dans une école gratuite de dessin.

C’est dans l’atelier d’Antoine-François Peyre que les deux jeunes apprentis architectes se rencontrèrent pour la première fois. Cette étape fut tout à fait capitale dans le parcours. En effet, ils y apprirent beaucoup et ils considérèrent toujours ce professeur comme leur «maître». A son sujet, Percier et Fontaine écrivirent en 1833 que «l’architecture fut toujours le principal objet de ses méditations, et tandis que son pinceau facile représentait les belles conceptions, les agréables décorations que son génie inventait, son esprit judicieux savait descendre aux plus petits détails, et aux plus minces particularités de la science, pour en faire l’application à l’exécution des ouvrages confiés à ses talents».

Mieux : s’ils tenaient Antoine-François Peyre pour un artiste et un praticien singulièrement attentif, ils le considéraient surtout pour le fondateur d’une nouvelle théorie «dégagée des préjugés du temps et basée sur les découvertes d’une longue», qu’ils s’efforcèrent de prolonger durant toute leur carrière. Après s’être à nouveau fréquentés durant un séjour à Rome, dans le cadre du concours de l’Académie de France, Percier et Fontaine se retrouvèrent à Paris, où en 1793 ils collaborèrent notamment pour concevoir les décors de l’Opéra.

Sous la protection de David, Percier et Fontaine furent des architectes particulièrement en vue pendant la Révolution. Ils s’occupèrent d’architecture d’intérieur, mais aussi de mobilier et d’art. A chaque fois, ils imprimèrent leur marque. Le Consulat et l’Empire leur seront tout aussi profitables que la République, Napoléon Bonaparte leur passant de très nombreuses commandes de 1799 à 1815 (notamment aux Invalides, à Malmaison, au Louvre, etc.).

A la suite de la chute de l’Empire, Percier s’imposa comme le principal professeur de l’Ecole des beaux-arts, tandis que Fontaine poursuivit son œuvre au service des Bourbons. S’il travailla d’abord pour le compte de Louis XVIII et de Charles X, le roi des barricades lui passa également des commandes. Comme le relève l’auteur, alors qu’ils furent «éduqués pour s’inscrire dans un ordre stable et y tenir leur rôle, Percier et Fontaine servirent au contraire, avec plus ou moins d’enthousiasme, une suite de pouvoirs précaires, dont l’expérience leur procura une certaine expertise et un regard critique».


Jean-Paul Fourmont
( Mis en ligne le 05/06/2012 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd