L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 15 août 2022
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Témoignages et Sources Historiques  
 
Dossier Napoléon
Correspondance générale
Napoléon et Joseph Bonaparte
La Corse du jeune Bonaparte
Jakob Meyer, soldat de Napoléon
Les Mensonges de Waterloo
Correspondance générale
Les Français sous Napoléon
Les Royalistes et Napoléon
Correspondance générale
Cent Jours - La tentation de l'impossible
La Chute ou l'Empire de la solitude
Maret, duc de Bassano
Quand Napoléon inventait la France
Les Français et l'Empire
Le Sacre de Napoléon. 2 décembre 1804
Nouvelle histoire du Premier Empire - Tome 3
L'Aigle et la Synagogue
Quand les enfants parlaient de gloire
Napoléon. Mon aïeul, cet inconnu
Nouvelle histoire du premier empire - Tome 4
La Première guerre totale
Murat - La solitude du cavalier
Pie VII face à Napoléon : la tiare dans les serres de l’Aigle
Correspondance générale
Correspondance générale
Guerre et armées napoléoniennes
Du Niémen à la Bérézina
L'Allemagne de Napoléon
1812 - La paix et la guerre
Percier et Fontaine
La Berline de Napoléon
La Conspiration du général Malet - 23 octobre 1812
Correspondance générale
De la guerre
Napoléon et ses hommes
L’Abdication
Chroniques de Sainte-Hélène - Atlantique sud
Les Hommes de Napoléon
Napoléon, l'esclavage et les colonies
Des résistances religieuses à Napoléon
La Légende de Napoléon
Champollion
Naissance du Code Civil
Napoléon et la mer
Napoléon, de la mythologie à l'histoire
Napoléon et l'Opéra
Kléber l'indomptable
Napoléon et le Mémorial de Sainte-Hélène
Le Grand voyage de l'obélisque
Les Opposants à Napoléon
La Province au temps de Napoléon
Le Voyage en Egypte
Lendemains d'Empire
Voies nouvelles pour l'histoire du Premier Empire
Waterloo
Le 18 Brumaire
Le Grand Consulat
Dominique Vivant Denon
La France de la Révolution et de l'Empire
Nouvelle histoire du Premier Empire - Tome 2
Napoléon, le monde et les anglais
La Garde impériale
Trafalgar
Austerlitz
Austerlitz
Nelson contre Napoléon
Le Maréchal Davout
Sainte-Hélène
Figures d'Empire
L'Impératrice Joséphine
Mythes et légendes de Napoléon
Napoléon
Le Sacre de Napoléon
Napoléon Ier et son temps
Passion Napoléon
L'Empire des muses
Napoléon Bonaparte
Napoléon
Kléber après Kléber (1800-2000)

''Lui''
Christophe Bourachot   Les Hommes de Napoléon - Témoignages 1805-1815
Omnibus 2011 /  26 € - 170.3 ffr. / 641 pages
ISBN : 978-2-258-08561-9
FORMAT : 13,3cm x 19,8cm

L'auteur du compte rendu : Alexis Fourmont a étudié les sciences politiques des deux côtés du Rhin.
Imprimer

Victor Hugo déclara naguère dans son discours à l’Académie française qu’à l’orée du XIXe siècle «la France était pour les nations un magnifique spectacle. Un homme la remplissait alors et la faisait si grande qu'elle remplissait l'Europe. Cet homme, sorti de l'ombre, était arrivé en peu d'années à la plus haute royauté qui jamais peut-être ait étonné l'histoire. Une révolution l'avait enfanté, un peuple l'avait choisi, un pape l'avait couronné. Chaque année, il reculait les frontières de son Empire... Il avait effacé les Alpes comme Charlemagne et les Pyrénées comme Louis XIV ; il avait construit son État au centre de l'Europe comme une citadelle, lui donnant pour bastions et pour ouvrages avancés dix monarchies qu'il avait fait entrer à la fois dans son Empire et dans sa famille. Tout dans cet homme était démesuré et splendide. Il était au-dessus de l'Europe comme une vision extraordinaire». L’éloge hugolien est justifié, tant la liste des prodiges de Bonaparte et de ses Braves est grande. En effet, le «général Vendémiaire» mena la Grande Armée et plus spécialement les soldats de bataille en bataille… jusqu’à la défaite finale.

Passionné par l’histoire napoléonienne, Christophe Bourachot, vient de réunir et de présenter les souvenirs des soldats de la Grande Armée au sein d’un ouvrage intitulé Les Hommes de Napoléon. Témoignages 1805-1815. Cet ouvrage est le fruit d’un grand travail de recherche dans les archives et les bibliothèques. A cet égard, l’auteur n’en est pas à son coup d’essai, car il a déjà contribué à la publication de nombreux documents historiques sur le Premier Empire.

«Quand ils étaient face à l’ennemi, la peur au ventre, écrit C. Bourachot dans son propos introductif, les braves (…) ne pouvaient pas imaginer qu’ils écriraient un jour pour la postérité. Ils entendaient au loin «ronfler» le canon, pleuvoir les premières balles. Un fantassin s’écroule à côté d’eux, mais il faut encore avancer ! Ils sont dans le feu de l’action, le combat s’engage entre fumée, cris, l’odeur de la poudre, et le signal de la trompette. Celui d’en face attend, la baïonnette au bout du fusil. La mort guette, dans l’ombre, prête à faucher le combattant qui approche. Le voltigeur avec lequel vous parliez encore ce matin vient d’avoir la tête emportée par un boulet. Il faut avancer encore». Certes le danger était omniprésent, mais d’aucuns prirent la plume pour coucher par écrit leurs impressions et leurs souvenirs. Ce faisant, ils contribuèrent à perpétuer la mémoire des exploits de la France issue de la Révolution française.

L’ouvrage ne manque pas d’intérêt, car «les militaires du temps de la République et de l’Empire maniaient la plume comme l’épée, et quand ils ont bien voulu raconter leurs campagnes, ils l’ont fait comme s’ils chargeaient à la baïonnette». C’est ainsi que le préfacier (anonyme) des Mémoires du général Dellard décrivait les soldats de la Grande Armée en 1892. Souvent d’une très grande sincérité, les témoignages réunis dans le livre de C. Bourachot permettent de suivre les soldats de la Grande Armée presque pas à pas. Ainsi, les témoignages concernent la bataille d’Austerlitz, celle d’Iéna ainsi que Eylau et Friedland. L’Espagne est également abordée, de même que la disparition tragique du Maréchal Lannes sur le champ de bataille, qui rendit l’Empereur si amer. Les soldats s’épanchent aussi sur la campagne de France ainsi que sur le retour de Bonaparte en 1815 et, pour finir, sur le retour de sa dépouille sous la Monarchie de Juillet en 1840.

Mêlant des dimensions tant historiques que psychologiques, ces témoignages immergent le lecteur dans le quotidien des soldats de Bonaparte. La plupart du temps, leurs pensées sont tournées vers leurs compagnons d’armes, leur famille ou leur «promise». Il y a cependant une constante : les soldats n’ont de cesse de parler de «Lui». Le plus souvent, dans les écrits des grognards, «Lui» prend une majuscule. «Lui», naturellement, c’est l’empereur. Il est «plus qu’un chef, [il est] une figure familière, tutélaire dont on se répète les paroles et les gestes». Leurs souvenirs contribuent «à grandir à l’infini l’image d’un homme qui en est venu à incarner la Patrie. Ils le côtoient parfois depuis la campagne d’Italie, en 1796 (…). Il est, il reste, en dépit des sacrifices consentis chacun d’entre eux, celui qui les a fait voler de victoire en victoire».

Bref, pour reprendre la formule de Christophe Bourachot, dans les témoignages des grognards de la Grande Armée, le lecteur trouvera à la fois «du feu, du sang et du courage».


Alexis Fourmont
( Mis en ligne le 14/06/2011 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd