L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 22 octobre 2018
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Histoire  
 
Le Grand voyage de l'obélisque
Dossier Napoléon
Dossier Napoléon
Correspondance générale
Les Royalistes et Napoléon
Les Français sous Napoléon
La Mort de Napoléon
Correspondance générale
Les Mensonges de Waterloo
Jakob Meyer, soldat de Napoléon
La Corse du jeune Bonaparte
Napoléon et Joseph Bonaparte
Correspondance générale
Cent Jours - La tentation de l'impossible
Quand les enfants parlaient de gloire
L'Aigle et la Synagogue
Nouvelle histoire du Premier Empire - Tome 3
Le Sacre de Napoléon. 2 décembre 1804
Les Français et l'Empire
Quand Napoléon inventait la France
Maret, duc de Bassano
La Chute ou l'Empire de la solitude
Napoléon. Mon aïeul, cet inconnu
Nouvelle histoire du premier empire - Tome 4
1812 - La paix et la guerre
L'Allemagne de Napoléon
Du Niémen à la Bérézina
Guerre et armées napoléoniennes
Correspondance générale
Correspondance générale
Pie VII face à Napoléon : la tiare dans les serres de l’Aigle
Murat - La solitude du cavalier
Percier et Fontaine
La Berline de Napoléon
La Première guerre totale
Les Hommes de Napoléon
Chroniques de Sainte-Hélène - Atlantique sud
L’Abdication
Napoléon et ses hommes
De la guerre
Correspondance générale
La Conspiration du général Malet - 23 octobre 1812
Napoléon, l'esclavage et les colonies
Des résistances religieuses à Napoléon
Napoléon et le Mémorial de Sainte-Hélène
Kléber l'indomptable
Napoléon et l'Opéra
Napoléon, de la mythologie à l'histoire
Napoléon et la mer
Naissance du Code Civil
Champollion
La France de la Révolution et de l'Empire
Le Grand voyage de l'obélisque
Les Opposants à Napoléon
Dominique Vivant Denon
Le Grand Consulat
Le 18 Brumaire
Waterloo
Voies nouvelles pour l'histoire du Premier Empire
Lendemains d'Empire
Le Voyage en Egypte
La Province au temps de Napoléon
Nouvelle histoire du Premier Empire - Tome 2
Napoléon, le monde et les anglais
Sainte-Hélène
Le Maréchal Davout
Nelson contre Napoléon
Austerlitz
Austerlitz
Trafalgar
La Garde impériale
La Légende de Napoléon
Figures d'Empire
L'Impératrice Joséphine
Napoléon
Napoléon Bonaparte
L'Empire des muses
Passion Napoléon
Napoléon Ier et son temps
Le Sacre de Napoléon
Napoléon
Mythes et légendes de Napoléon
Kléber après Kléber (1800-2000)

Un monument parisien
Robert Solé  
Seuil - Points histoire 2006 /  6.50 € - 42.58 ffr. / 291 pages
ISBN :  2-02-086865-2
FORMAT : 11,0cm x 18,0cm

Première publication en février 2004 (Seuil).

L'auteur du compte rendu: maître de conférences en Histoire contemporaine à l'université de Paris-I, Sylvain Venayre a publié La Gloire de l'aventure. Genèse d'une mystique moderne.
1850-1940
(Aubier, 2002).

Imprimer

Voici très exactement l’histoire du plus vieux monument de Paris, c’est-à-dire de l’obélisque de la place de la Concorde. Grand connaisseur de l’Egypte et, plus encore, de ce qu’il a naguère appelé la «passion française» pour l’Egypte, Robert Solé raconte en effet, dans ce court livre écrit dans un style vif et clair, de quelle façon l’un des deux obélisques du Temple de Louqsor, édifié au treizième siècle avant Jésus-Christ, est devenu monument en devenant parisien, entre 1830 et 1836.

L’histoire est extraordinaire, qui fait intervenir, outre le principal architecte de l’ouvrage, l’ingénieur de Marine Jean-Baptiste Apollinaire Lebas, le déchiffreur des hiéroglyphes Jean-François Champollion, qui fit le choix de l’obélisque de Louqsor, le pacha d’Egypte Méhémet-Ali, qui en fit don à la France, Louis-Philippe, Adolphe Thiers et bien d’autres, qui soutinrent l’entreprise, Chateaubriand, Pétrus Borel ou Théophile Gautier, qui la commentèrent – sans parler d’un jeune garçon de douze ans qui, à Rouen, vit le gigantesque monolithe (230 tonnes) reposant dans les cales du bateau qui l’apportait d’Egypte, et ne l’oublia jamais, Gustave Flaubert.

Robert Solé sait faire revivre les difficultés d’un voyage en Egypte au début du XIXe siècle. Il rappelle les périls de la navigation en Méditerranée, l’adresse nécessaire au franchissement de la barre à Rosette et les conditions de la remontée du Nil, entre vents favorables et bancs de sable problématiques. Le voyage du navire Le Luxor, construit tout exprès pour recevoir l’obélisque, a duré ainsi vingt mois, du 15 avril 1831 (départ de Toulon) au 23 décembre 1833 (arrivée à Paris) ! Robert Solé sait aussi évoquer l’étrangeté égyptienne aux yeux de ces Français, leurs émerveillements et leurs dégoûts (où l’on retrouve l’image de férocité des Turcs et celle de la misère des fellahs, dont Sarga Moussa a souligné qu’elles constituaient un des topoï du récit de voyage en Egypte au XIXe siècle). Il sait aussi dresser l’inventaire des dangers du voyage en Egypte, de la dysenterie au choléra. En vingt mois de campagne, le Luxor perd vingt hommes. C’est un des coûts humains de l’obélisque de la Concorde.

Et pourquoi de la Concorde, au fait ? Robert Solé retrace également les débats qui agitèrent les gazettes parisiennes du début des années 1830 au sujet de l’emplacement à donner au monolithe. Son installation parisienne est à relier à la progression de la nostalgie napoléonienne (l’Arc de triomphe est inauguré peu de temps avant l’érection de l’obélisque ; la statue de Napoléon a été réinstallée au somment de la colonne Vendôme ; les travaux de la Madeleine, initiés par Napoléon, se poursuivent). L’obélisque doit donc aussi commémorer l’Expédition d’Egypte, élément parmi d’autres de la légende napoléonienne et moment fondateur de l’égyptomanie française. Un Paris napoléonien commence à prendre forme ; mais faut-il lui dédier aussi la place de la Concorde, ancienne place Louis XV et surtout ancienne place de la Révolution, sur laquelle Louis XVI, parmi bien d’autres, fut exécuté ? Le débat fait rage, mais la Concorde l’emporte. Au moins, une fois ce gigantesque objet érigé en son centre, ne pensera-t-on plus à multiplier les projets contradictoires… En ce sens, l’Obélisque de la Concorde reflète bien la volonté de réconciliation des Français qui anime la Monarchie de Juillet.

Paris se dote donc de son monolithe égyptien, de même que Rome autrefois (celle de l’Antiquité, puis celle de la Renaissance), de même que Constantinople – et en attendant l’émigration des «aiguilles de Cléopâtre», obélisques d’Alexandrie, partis à Londres et à New-York, dans la seconde moitié du XIXe siècle. La gloire de l’Egypte des Pharaons vient donc s’ajouter à celle que les Français veulent pour leur capitale. Chose amusante pourtant, nul ne peut encore répondre avec certitude à la grande question des égyptologues : qu’est-ce que c’est, au juste, un obélisque ?


Sylvain Venayre
( Mis en ligne le 27/04/2006 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Voyage en Egypte
       de Sarga Moussa
  • Champollion
       de Alain Faure
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd