L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 21 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 
Lendemains d'Empire
Dossier Napoléon
Dossier Napoléon
Correspondance générale
Les Royalistes et Napoléon
Les Français sous Napoléon
La Mort de Napoléon
Correspondance générale
Les Mensonges de Waterloo
Jakob Meyer, soldat de Napoléon
La Corse du jeune Bonaparte
Napoléon et Joseph Bonaparte
Correspondance générale
Cent Jours - La tentation de l'impossible
Quand les enfants parlaient de gloire
L'Aigle et la Synagogue
Nouvelle histoire du Premier Empire - Tome 3
Le Sacre de Napoléon. 2 décembre 1804
Les Français et l'Empire
Quand Napoléon inventait la France
Maret, duc de Bassano
La Chute ou l'Empire de la solitude
Napoléon. Mon aïeul, cet inconnu
Nouvelle histoire du premier empire - Tome 4
1812 - La paix et la guerre
L'Allemagne de Napoléon
Du Niémen à la Bérézina
Guerre et armées napoléoniennes
Correspondance générale
Correspondance générale
Pie VII face à Napoléon : la tiare dans les serres de l’Aigle
Murat - La solitude du cavalier
Percier et Fontaine
La Berline de Napoléon
La Première guerre totale
Les Hommes de Napoléon
Chroniques de Sainte-Hélène - Atlantique sud
L’Abdication
Napoléon et ses hommes
De la guerre
Correspondance générale
La Conspiration du général Malet - 23 octobre 1812
Napoléon, l'esclavage et les colonies
Des résistances religieuses à Napoléon
Napoléon et le Mémorial de Sainte-Hélène
Kléber l'indomptable
Napoléon et l'Opéra
Napoléon, de la mythologie à l'histoire
Napoléon et la mer
Naissance du Code Civil
Champollion
La France de la Révolution et de l'Empire
Le Grand voyage de l'obélisque
Les Opposants à Napoléon
Dominique Vivant Denon
Le Grand Consulat
Le 18 Brumaire
Waterloo
Voies nouvelles pour l'histoire du Premier Empire
Lendemains d'Empire
Le Voyage en Egypte
La Province au temps de Napoléon
Nouvelle histoire du Premier Empire - Tome 2
Napoléon, le monde et les anglais
Sainte-Hélène
Le Maréchal Davout
Nelson contre Napoléon
Austerlitz
Austerlitz
Trafalgar
La Garde impériale
La Légende de Napoléon
Figures d'Empire
L'Impératrice Joséphine
Napoléon
Napoléon Bonaparte
L'Empire des muses
Passion Napoléon
Napoléon Ier et son temps
Le Sacre de Napoléon
Napoléon
Mythes et légendes de Napoléon
Kléber après Kléber (1800-2000)

La reconversion des grognards, une belle étude sociologique
Natalie Petiteau   - Les soldats de Napoléon dans la France du XIXe siècle
Boutique de l'histoire 2003 /  22 € - 144.1 ffr. / 396 pages
ISBN : 2-910828-29-8
FORMAT : 16x24 cm

L'auteur du compte rendu: Agrégé et docteur en histoire, Jean-Noël Grandhomme est l'auteur d'une thèse intitulée "Le Général Berthelot et l'action de la France en Roumanie et en Russie méridionale, 1916-1918" (SHAT, 1999). Il est actuellement PRAG en histoire contemporaine à l'université "Marc Bloch" de Strasbourg II.

Natalie Petiteau collabore à Parutions.com.

Imprimer

Après la guerre, que faire des anciens guerriers ? Cette question, aussi vieille que les conflits eux-mêmes, s’est toujours posée aux gouvernants. Rome faisait d’eux des «vétérans», des paysans-soldats, continuant à utiliser leurs services pour le bien de l’Etat, dans le domaine économique, mais aussi militaire (ils appartenaient à une sorte de réserve) et surtout comme agents de la romanisation des provinces de l’Empire. En d’autres temps, la «reconversion» de ceux qui «avaient bien mérité de la cause» (à défaut encore de «patrie») s’avéra plus difficile : les grandes compagnies, soudards désœuvrés et qui désolaient villes et campagnes de France au cours des trêves entre Valois et Plantagenet, furent souvent mis à la raison manu militari. Pourtant, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle le nombre de ces anciens soldats, surtout si on le rapporte à celui de la population, resta somme toute limité.

Avec la Révolution et l’Empire, la France – et à sa suite l’Europe – entre dans l’ère des guerres de masse. C’est bientôt en millions que se comptent les combattants qui participent aux affrontements des guerres de coalitions sur une vingtaine d’années. L’expérience de la guerre est d’abord celle de l’aventure, du voyage, avec parfois ses agréments, et la transgression autorisée des interdits traditionnels (les armées françaises, elles aussi, se signalent par de multiples exactions, du Portugal à la Russie). Mais la guerre vécue est aussi, bien sûr, souffrance, maladie, peur, mort. La plupart de ces soldats des armées révolutionnaires et de la «Grande armée», «soldats de l’An II», «grognards» ou «Marie-Louise», ne sont pourtant que de passage dans ces formations militaires gigantesques. Il leur faut ensuite se réinsérer dans une société française qui ne les voit pas revenir d’un bon œil dans les années 1815-1830. La Restauration tente alors de faire oublier à l’Europe les excès du militarisme français comme aussi ses gloires et de réduire au silence les plus fidèles défenseurs des régimes précédents.

Les destins individuels des anciens soldats de l’Empereur sont alors très variés : certains ne peuvent se résoudre à abandonner l’uniforme et demeurent dans l’armée ou choisissent la gendarmerie, souvent sans d’autre alternative d’ailleurs ; d’autres changent complètement de vie, quittant leur village pour de nouvelles aventures, dans la sphère économique cette fois ; d’autres encore, le plus grand nombre, se réinsèrent dans la société – notamment paysanne – à la place exacte qu’ils avaient quittée dix, quinze ou vingt ans auparavant. Au-delà de cette diversité ils forment tout de même pour la première fois, un véritable groupe social. Respecté sous Louis-Philippe, celui-ci est enfin reconnu et choyé sous le Second-Empire, qui l’instrumentalise et lui accorde honneurs et subsides. Les vétérans ont en effet contribué largement à entretenir tout au long du siècle la légende napoléonienne, même si l’auteur nous invite à relativiser dans bien des cas leur rôle proprement politique. Les derniers survivants verront même les débuts de la IIIe République.

En croisant des sources très variées (archives nationales, de l’armée de terre, de la Légion d’honneur, départementales, mémoires) Natalie Petiteau, professeur à l’université de Poitiers, nous offre ici l’une de ces synthèses qui feront date. On peut la comparer au travail d’Antoine Prost sur les anciens combattants de 1914-1918 dans la France de l’entre-deux-guerres. Il reste maintenant à espérer que des études locales nombreuses – l’auteur s’appuie surtout sur les cas du Doubs et du Vaucluse - viendront contribuer à une connaissance plus pointue encore de ce groupe social.


Jean-Noël Grandhomme
( Mis en ligne le 01/12/2003 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Napoléon, De la mythologie à l'histoire
       de Natalie Petiteau
  • Voies nouvelles pour l'histoire du Premier Empire
       de Natalie Petiteau , collectif

    Ailleurs sur le web :
  • Lien vers le site de la Boutique de l'histoire: présentation et extraits du livre
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd