L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 23 septembre 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 
La Garde impériale
Dossier Napoléon
Dossier Napoléon
Correspondance générale
Les Royalistes et Napoléon
Les Français sous Napoléon
La Mort de Napoléon
Correspondance générale
Les Mensonges de Waterloo
Jakob Meyer, soldat de Napoléon
La Corse du jeune Bonaparte
Napoléon et Joseph Bonaparte
Correspondance générale
Cent Jours - La tentation de l'impossible
Quand les enfants parlaient de gloire
L'Aigle et la Synagogue
Nouvelle histoire du Premier Empire - Tome 3
Le Sacre de Napoléon. 2 décembre 1804
Les Français et l'Empire
Quand Napoléon inventait la France
Maret, duc de Bassano
La Chute ou l'Empire de la solitude
Napoléon. Mon aïeul, cet inconnu
Nouvelle histoire du premier empire - Tome 4
1812 - La paix et la guerre
L'Allemagne de Napoléon
Du Niémen à la Bérézina
Guerre et armées napoléoniennes
Correspondance générale
Correspondance générale
Pie VII face à Napoléon : la tiare dans les serres de l’Aigle
Murat - La solitude du cavalier
Percier et Fontaine
La Berline de Napoléon
La Première guerre totale
Les Hommes de Napoléon
Chroniques de Sainte-Hélène - Atlantique sud
L’Abdication
Napoléon et ses hommes
De la guerre
Correspondance générale
La Conspiration du général Malet - 23 octobre 1812
Napoléon, l'esclavage et les colonies
Des résistances religieuses à Napoléon
Napoléon et le Mémorial de Sainte-Hélène
Kléber l'indomptable
Napoléon et l'Opéra
Napoléon, de la mythologie à l'histoire
Napoléon et la mer
Naissance du Code Civil
Champollion
La France de la Révolution et de l'Empire
Le Grand voyage de l'obélisque
Les Opposants à Napoléon
Dominique Vivant Denon
Le Grand Consulat
Le 18 Brumaire
Waterloo
Voies nouvelles pour l'histoire du Premier Empire
Lendemains d'Empire
Le Voyage en Egypte
La Province au temps de Napoléon
Nouvelle histoire du Premier Empire - Tome 2
Napoléon, le monde et les anglais
Sainte-Hélène
Le Maréchal Davout
Nelson contre Napoléon
Austerlitz
Austerlitz
Trafalgar
La Garde impériale
La Légende de Napoléon
Figures d'Empire
L'Impératrice Joséphine
Napoléon
Napoléon Bonaparte
L'Empire des muses
Passion Napoléon
Napoléon Ier et son temps
Le Sacre de Napoléon
Napoléon
Mythes et légendes de Napoléon
Kléber après Kléber (1800-2000)

Anatomie des Immortels
Alain Pigeard   - 1804-1815
Tallandier - Bibliothèque napoléonienne 2005 /  35 € - 229.25 ffr. / 637 pages
ISBN : 2-84734-177-3
FORMAT : 19,0cm x 26,0cm

L'auteur du compte rendu : Agrégé d’histoire et titulaire d’un DESS d’études stratégiques (Paris XIII), Antoine Picardat est professeur en lycée et maître de conférences à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Ancien chargé de cours à l’Institut catholique de Paris, à l’université de Marne la Vallée et ATER en histoire à l’IEP de Lille, il a également été analyste de politique internationale au ministère de la Défense.
Imprimer

L’époque est incontestablement faste pour les amateurs de l’Empire : les livres sur la période, sur tous les thèmes, se bousculent sur les rayons des librairies. Les questions militaires occupent évidemment une large place dans cette profusion. D’abord parce que la guerre a été une activité majeure du Premier empire, ensuite parce que deux siècles plus tard les exploits de la Grande Armée suscitent toujours l’admiration ; et se vendent bien.

Alain Pigeard est l’un des meilleurs spécialistes actuels des guerres napoléoniennes et il a déjà de nombreux ouvrages à son actif. Dès 1981, il avait participé au guide Napoléon, outil indispensable pour qui veut voyager en mettant ses pas dans ceux de l’Empereur, de ses soldats et des souvenirs qui s’y rattachent. Il a récemment publié chez Tallandier un Dictionnaire de la Grande Armée (2002) et un Dictionnaire des batailles de Napoléon (2004). L’un et l’autre sont des sommes impressionnantes d’érudition, souvent fort technique dans le premier. Curieux, reconstitutionistes ou joueurs de wargames peuvent y trouver les réponses à bien des questions qu’ils se posent.

La visite guidée se poursuit avec La Garde impériale : un mythe dans le mythe. La Garde elle aussi fascine depuis deux siècles, mais elle continue surtout d’impressionner et dissuade qu’on s’y attaque. La bibliographie présentée par Alain Pigeard nous apprend en effet qu’il existe bien un certain nombre de monographies sur tel ou tel régiment de la Garde, mais depuis le classique La Garde impériale du commandant Lachouque, paru pour la première fois en 1956 et plusieurs fois réédité, on ne trouve pas d’étude d’ensemble. Le présent livre est donc presque une nouveauté. Surtout, Alain Pigeard adopte une approche très différente de celle de son illustre prédécesseur. Là où Henri Lachouque avait choisi un plan chronologique, racontant l’histoire de la Garde, Alain Pigeard a opté pour un plan thématique. En 11 parties et 42 chapitres, il étudie une à une toutes les composantes de la Garde : l’administration et l’état-major, l’artillerie, l’infanterie, la cavalerie, la gendarmerie, le génie, la marine, les unités rattachés provisoirement à la Garde, etc. Chaque type d’unités est traité en un chapitre : les grenadiers à pied, les flanqueurs-grenadiers, les célèbres et pittoresques mameluks, etc. Sont expliquées l’origine des unités, l’évolution de leur composition ou encore leur participation aux campagnes et aux batailles. Il s’agit donc d’un travail minutieux, méthodique et très complet qui constitue bien une visite guidée. L’ouvrage peut se lire au fil des pages ou l'on peut y piocher des renseignements sur un corps précis. Une partie récapitulative termine cette impressionnante recension sous la forme d’un récit classique des campagnes de la Garde, de l’Italie en 1800 lorsqu’elle était garde des Consuls, à la Belgique et Waterloo en 1815. Enfin, 17 annexes fournissent encore des informations techniques précieuses comme la composition et l’évolution des unités de la Garde, les officiers tués, la liste des textes réglementaires et administratifs concernant la Garde ou le tableau des grades.

Irréprochable sur l’érudition, le livre d’Alain Pigeard laisse en revanche insatisfait au plan de la réflexion. Des questions importantes auraient en effet pu être traitées. Il aurait ainsi pu consacrer quelques pages à la place de la Garde dans la Grande Armée. Alain Pigeard cite en exergue une phrase de Napoléon disant qu’il veut un corps privilégié qui soit un modèle, pas une bande de janissaires ou de prétoriens, mais il ne va pas plus loin dans ce sens. Proche de l’Empereur, choyée, rarement engagée, terriblement jalousée, la Garde est respectée, admirée mais souvent mal aimée des autres corps qui par ironie surnomment ses membres les «Immortels», car, au moins pendant les premières campagnes, ils sont rarement exposés au feu. C’est en tout cas ce que l’on croit savoir en général. Qu’en était-il vraiment ? Que signifiait être de la Garde ?

Un autre problème qui aurait mérité d’être vraiment traité est de savoir pourquoi la Garde a conservé une telle aura depuis deux siècles. Bien sûr, la charge de Rapp à Austerlitz ou celle des Polonais à Somosierra, les adieux de Fontainebleau ou les carrés de Waterloo résonnant du mot de Cambronne sont des épisodes, parmi d’autres que l’on trouve racontés dans les cahiers de Coignet par exemple, dignes de frapper les imaginations. Mais il y a sans doute plus. Une amorce de réponse se trouve dans l’avant-propos, mais elle reste à l’état d’ébauche : une unité intimement liée à la personne d’un souverain. Et quel souverain ! La Garde rassemblerait donc la double fascination pour Napoléon, dont elle fut l’ombre amoureuse, et la Grande Armée, dont elle fut l’élite terrifiante qui faisait trembler l’ennemi par sa seule présence.

Avec le livre d’Alain Pigeard, la description est faite, comme une sorte d’anatomie. Attendons maintenant une étude historique sur les autres dimensions de la Garde, qui donne vie à ce corps et permette de réellement le comprendre.


Antoine Picardat
( Mis en ligne le 05/05/2006 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd